Michèle Battut
Michèle Battut, née le 27 octobre 1946 à Paris est une artiste peintre, lithographe et sculptrice française.

Nommée peintre officiel de la Marine, élue à l'Académie de marine en 2019, elle se partage entre le 14e arrondissement de Paris et Nogent-le-Roi.

Michèle Battut naît le 27 octobre 1946 dans le 11e arrondissement de Paris du mariage de Germaine Cabourdin (« une mère très littéraire » évoquera-t-elle) avec l'architecte Jean-Frédéric Battut (mort en 1980), élève de Paul Bigot et Auguste Perret, dont le nom demeure cité, avec ceux de Marc Brillaud de Laujardière, Le Corbusier, Maurice Novarina et Auguste Perret, parmi les reconstructeurs d'un espace urbain ruiné par la Seconde Guerre mondiale : se centrant pour sa part avec son associé Robert Warnesson, dans les années 1950, sur les dommages de guerre de la région du Ternois, on retient parmi ses travaux l'église Saint-Germain de Siracourt, l'église Saint-Henri de Libercourt, l'église Saint-Vaast de Frévent, l'église Notre-Dame du Mont-Carmel d'Éclimeux, l'église Saint-Paul et l'hôtel de ville de Saint-Pol-sur-Ternoise, enfin l'hôpital d'Arras.

Vivant de la sorte « une enfance heureuse » successivement dans les villages de Roëllecourt et de Gauchin-Verloingt, Michèle Battut effectue ses études primaires et secondaires dans le Pas-de-Calais, puis au lycée Fénelon de Paris. Adolescente consacrant ses loisirs à la peinture, elle reçoit un premier prix de compositions décoratives à Saint-Pol-sur-Ternoise et connaît ses premières expositions à Arras et au Touquet en 1962. Elle entre en 1963 à l'Académie de la Grande Chaumière dans l'atelier de Jean Aujame, fréquentant en même temps les cours d'art dramatique de René Simon (elle est ainsi l'interprète de plusieurs courts métrages comme On a kidnappé Papa de Jean-Marie Isnard et avec pour partenaire Georges Aubert en 1963 ou Blaise d'Albert Magnier en 1964) , puis, en 1964, à l'École nationale supérieure des beaux-arts dans l'atelier de Roger Chapelain-Midy.

Michèle Battut obtient le diplôme d'arts plastiques en 1969 et, en 1970, alors qu'elle devient artiste permanent de la galerie Artcurial à Paris, que Frédéric Mégret relève déjà dans Le Figaro littéraire que « la jeune fille ne saurait taire le goût qu'elle éprouve pour un Paul Delvaux et un Balthus, pour certaines situations de René Magritte et qu'avec elle l'objet s'installe dans la toile comme un piège à images », le prix de la Casa de Velázquez qui lui est attribué par la ville de Paris lui vaut de séjourner pendant un an à Madrid. Elle devient sociétaire en 1972 du Salon d'automne, en 1973 du Salon des artistes français ; elle en sera présidente de la section peinture en 1985.

Michèle Battut est alors largement entrée dans son long cycle des voyages qui va profondément inspirer « ses paysages intemporels, se situant entre une réalité tangible et un imaginaire illimité », celui-ci ayant commencé dès 1966 avec Palma de Majorque, le Maroc et la Grèce pour se poursuivre avec les États-Unis et le Canada (1967), l'Italie, la Tunisie et la Roumanie (1968), le Japon (1970), la Thaïlande (1970, 1981), l'Inde (1972, 1973), le Cameroun (1972), le Pérou, l'Équateur et les Îles Galapagos (1973), Saint-Pierre-et-Miquelon (1975), le Kenya (1977). On lui connaît également, par sa peinture et par quelques écrits autobiographiques, des séjours en Islande, en Afrique occidentale, au Moyen-Orient, en Chine et surtout, liés aux nombreuses expositions qui lui sont consacrées à Tokyo et à Osaka, de réguliers retours au Japon. Michèle Battut, analyse Jean-Pierre Chopin, « sait traduire l'exotisme de ces pays de rêve, où règnent la lagune et la chaleur sans ombre, avec l'œil insolite d'un géomètre. C'est au cœur de cette sieste métaphysique qu'un vieil abri, une barque, une chaise esseulée, un livre oublié, une bicyclette abandonnée, un graffiti, retiennent l'humain dans une présence absente. La fluidité de ses horizons contraste merveilleusement avec l'opacité de ses murs d'argile et de pierres où transpire l'histoire de l'homme ».

Dans son approche de l'œuvre, substituant à la notion de paysage celle d'« un univers sublimé appartenant à l'imaginaire de l'artiste », Patrice de La Perrière perçoit que « la finesse d'exécution figurative des toiles de Michèle Battut provoque d'une manière paradoxale un sentiment d'intemporalité. La précision du détail et le réalisme mis en avant renforcent les sensations d'irréalité grâce à une complicité puisée dans un réalisme réinventé... Même quand elle prend comme sujet la plage de Punta del Este ou les étendues de la Californie, c'est encore pour en montrer l'aspect de démesure, pour mettre l'accent sur ses géométries excessives, pour en révéler les lignes pures et l'esthétique particulier ».