Michel Déon
Michel Déon, né Édouard Michel à Paris le 4 août 1919 et mort le 28 décembre 2016 à Galway, est un écrivain et dramaturge français.

Membre de l'Académie française, il est généralement rattaché au mouvement des « Hussards ».

Son père est conseiller de Louis II, prince de Monaco. Après une enfance passée entre le 16e arrondissement de Paris et Monaco (puis Nice), Michel Déon est élève au lycée Janson-de-Sailly, puis part à la faculté de droit.

Engagé volontaire de 1940 à 1942 (152e Régiment d'infanterie) et démobilisé à Lyon en novembre 1942, il devient en zone sud secrétaire de rédaction à L'Action française auprès de Charles Maurras. Dans le même temps, il collabore à Marie Claire. Il devient également par la suite journaliste à Paris Match.

En 1950, il adhère à l'Association des amis de Robert Brasillach. Il commence au même moment une vie de voyages qu'il n'arrêtera plus et qui nourrira constamment son œuvre romanesque. D'une manière plus ou moins prolongée, il séjourne notamment en Suisse, en Italie, aux États-Unis, qu'il parcourt en train et en bus Greyhound grâce à une bourse de la fondation Rockefeller, au Canada, au Portugal et en Grèce (à partir de 1959), d'abord à Skyros, puis à Spetsai. Mais c'est encore en Irlande, pays dont il se sent proche culturellement, qu'il séjourne le plus longtemps en famille, avec Chantal (née Renaudeau d'Arc, épousée en 1963), et ses enfants Alice et Alexandre. Ses voyages et séjours en Irlande furent de grandes inspirations pour ses romans.

Entre 1960 et 1962, il collabore à Défense de l'Occident.

Parallèlement à la composition de ses livres, il poursuit une carrière d'éditeur pour la maison Plon et de critique aux Nouvelles Littéraires ou au Journal du dimanche. Lié aussi à la revue et aux éditions de La Table Ronde, il est associé aux Hussards, bien qu'il ait lui-même contesté l'existence de ce mouvement.

Après la liberté de ton de La Corrida ou de La Carotte et le Bâton, Michel Déon donne une nouvelle orientation à son œuvre en recourant au genre plus classique mais aussi plus ambitieux de la fresque contemporaine (Les Poneys sauvages) ou du roman de formation (Le Jeune Homme vert). Publié en 1981, Un déjeuner de soleil est le roman que Déon confiera être son préféré.

En 1999, il signe pour s'opposer à la guerre en Serbie la pétition « Les Européens veulent la paix », initiée par le collectif Non à la guerre.

En juin 2004, l'Université française lui rend hommage : un colloque est organisé à la Sorbonne sur son œuvre à l'initiative d'Alain Lanavère et Thierry Laurent.

En 2009, les éditions de l'Herne publient un cahier sur son œuvre.

En 2010, Michel Déon est membre du jury du prix Françoise-Sagan.

Lors du 23e anniversaire de Radio Courtoisie, le 7 novembre 2010, le prix Jean-Ferré lui a été décerné.

Il fut « consul » du royaume d'Araucanie et de Patagonie en Irlande.