Jack Rollan
Jack Rollan, né sous le nom de Louis Plomb, le 3 mars 1916 à Lausanne et mort le 3 mai 2007 à Lausanne, est un animateur radio, chansonnier, chroniqueur suisse, animateur à la Radio suisse romande. Il choisit son nom d'artiste « Jack Rollan » en 1942 et sera désormais connu sous ce nom.

De son vrai nom Louis Plomb, Jack Rollan est genevois d'origine. Son père, Henri Plomb (1881-1932), se remarie après la mort de sa première femme avec Alice Amaudruz (ou Clotilde Alice Wuilleumier). Louis Plomb naît de cette seconde union. De son premier mariage, Henri Plomb a donné trois demi-frères et soeurs à Jack Rollan: Jean, André et Suzanne.

Enfant, Jack Rollan rêve de devenir un artiste. Son père, violoncelliste, le met en garde à propos de la vie de musicien mais lui trouve une place d'apprentissage de photographe chez Gaston de Jongh, à Lausanne. En fait, le métier ne lui convient pas, il ne termine pas la formation. En 1932, il est engagé comme figurant-accessoiriste au Théâtre municipal de Lausanne. Le directeur, Jacques Béranger, lui fait étudier le chant avec sa femme, Lucie Berthrand, qui est cantatrice.

Le 12 décembre 1932, son père décède.

En 1937, Jack Rollan épouse Lily Clerc (Lina Lucie Clerc) dont il a un fils, Jaques. En janvier 2004, il épouse en secondes noces Irène Betanelli (née Delessert), sa compagne depuis près de 30 ans et jusqu'à la fin de ses jours. Ses cendres sont dispersées dans le lac Léman, dans l’intimité. Son décès est annoncé seulement après une semaine, selon sa volonté.

En 1947, paraît Le Bonjour de Jack Rollan aux éditions Marguerat. À ce premier livre s'ajoutent entre 1950 et 2003 plus d'une dizaine de publications signées Jack Rollan.

Tour à tour humoristique avec le Petit maltraité d'histoires suisses en 1950, poétique avec Ma maison perdue en 1961, ou provocateur avec Moi j'aime les P. en 1979, Jack Rollan se fait ainsi écrivain. Il publie également plusieurs recueils de ses chroniques de presse. En 1955, il lance sa propre maison d'édition: « Jack Rollan Éditeur ». Il fonde La Thune du Guay, une collection humoristique qui fonctionne comme un club de lecture. Les abonnés reçoivent approximativement un livre par mois (11 titres par année), entre 1955 et 1966. Entre 1959 et 1960, Jack Rollan lance, sur le même principe d'abonnement, le « Bonjour sonore » sur des disques microsillons. A côté de ses activités radiophoniques et journalistiques, Jack Rollan fait son chemin dans le monde du spectacle.